Menu
Association des professionnels du thé du Maroc

L'histoire du Thé

« Le premier verre est amer comme la vie. Le deuxième verre est aussi doux que l’amour. Le troisième verre est aussi apaisant que la mort. », un célèbre proverbe marocain décrit ainsi le goût du thé. 

Difficile de s’imaginer que notre région a vécu un jour sans thé à la menthe et pourtant…

L’histoire du thé au Maghreb est passionnante. Cette région de l’Afrique a l’habitude depuis longtemps de boire, selon les saisons, des infusions et autres décoctions de menthe (Nanah), d’absinthe (Chiba), d’hibiscus, de verveine, de sauge… mais le thé n’y fait son apparition qu’au 18ème siècle, à la cour de l’Empereur du Maroc, Moulay Ismail (1672-1727).

L’Empereur détient alors soixante-neuf prisonniers de guerre britanniques et refuse de les libérer. On raconte que la Reine Anne d’Angleterre pour le convaincre, lui adresse deux fontaines à thé en cuivre et un peu de thé de bonne qualité afin « d’adoucir son cœur ».

Tout au long du 18ème siècle, le thé accompagne ainsi régulièrement les missions diplomatiques anglaises, hollandaises et scandinaves. Parallèlement, il est rapporté par des renégats anglais et hollandais qui viennent grossir les équipages corsaires de la ville de Salé.

Ce n’est qu’au 19ème siècle que la consommation du thé va se généraliser au Maroc. En 1854, lorsque la Guerre de Crimée éclate, les marchands anglais sont privés de l’accès aux pays slaves. Ils doivent alors trouver de nouveaux marchés pour écouler leurs marchandises et plus particulièrement le thé, dont ils ont le monopole. Les ports marocains, très proches de Gibraltar, leur apparaissent alors tout indiqués. Les comptoirs de Tanger et de Mogador (Essaouira) deviennent ainsi rapidement des plaques tournantes du commerce du thé.

C’est donc, à ce moment de l’histoire, que ces petits grains de thé vert venus du Zhéjiang en Chine, autrement dénommés Gunn Powder (Poudre à Canon), s’associent à jamais à la préparation du célèbre thé marocain.

Les nomades participent par ailleurs au succès du thé en lui permettant de traverser le désert où il devient rapidement une boisson vitale pour les peuples du Sahara.

Le thé séduit ainsi progressivement toute la population marocaine et devient la boisson nationale.